Soak des dégâts : partager c’est aimer

Soak, absorb, éponger ; les termes ne manquent pas pour désigner cette mécanique de combat qui consiste à partager à plusieurs des dégâts qui tueraient une personne seule. Et c’est une technique qui plait à Blizzard puisque nous y avons droit pour 8 boss sur les 9 de la tombe de Sargeras, et deux fois plutôt qu’une.

Dans l’ordre des boss nous avons :

Les détails de ces techniques sont variés (soak en solo, soak à plusieurs, soak en ligne, soak un joueur, soak une zone, soak pour le tank, n joueurs pour n soaks) mais le principe est toujours le même forcer le positionnement des joueurs à un endroit précis et forcer la prise de dégâts à un moment précis.

Notons que quand elles sont bien faites, ces techniques laissent le choix au raid de décider combien de joueurs et lesquels vont soak. En exemple, le soak de de Goroth ne doit pas se faire avec le débuff du meteor sur la tête. Pareil pour le soak d’armagedon de KJ si le debuff n’a pas encore disparu. Dans la même veine, tous les joueurs qui soakent l’Hydar Shot de Sardine sont affectés par le DoT alors qu’une poignée de joueurs est suffisante pour le soak sans risque.
Plus n’est pas toujours mieux quand il s’agit de soak.

Les immunités

Certaines classes ou spec disposent d’immunités qui leur permettent d’absorber seules une technique. C’est le cas des Voleurs, Paladins, Mages, Chasseurs, Prêtre Ombre. Il est important de savoir quand ils tentent cette manœuvre car s’ils vont réduire de 100% les dégâts qu’ils prennent, ce n’est pas le cas pour leurs voisins.
Aller les aider cause la mort du malheureux qui n’a pas repéré à temps la carapace verte ou le bloc de glace. Les bulles de texte au dessus de la tête du joueurs peuvent aider.

Les outils du prêtre pour Soak

Aucune des spés de soin ne possède d’immunité pour soak tout seul. La spé sacré peut cependant utiliser Guardian Spirit pour 200% des HP de sa cible et des siens. Juste assez pour couvrir deux soak à 3.

A part ça, on peut tout de même réduire les dégâts que l’on prend en groupe. Pour soi même Oubli en discipline apporte 13% de DR pendant 6 secondes grâce à Vestment.  Desperate nous remonte un peu en sacré et crée un coussin de 30% HP. Et avec la cape, on peut se permettre de soak seul, mourir, soigner gratuitement pendant une vingtaine de seconde et revenir à la vie avec plein de mana.

En ce qui concerne le groupe, la  Barrière est bien sur une très bonne réduction mais la simple présence d’atonement sur un joueur pose Lenience pour 2% de DR. Enfin, on peut ajouter des absorbs sous la forme de PWS voire de Clarity si on a pris le talent.

Avec beaucoup de précautions, on peut grap un joueur de plus dans la zone.

Gérer un soak en tant que soigneur

Il y a deux aspects qui concernent les soigneurs sur un soak (comme sur la plupart des prises de dégâts inesquivables). Survivre à l’impact et remonter les soakers suffisamment vite pour la suite.

Impact : Si on n’utilise pas de réduction de dégâts, il est souhaitable que les soakers soient le plus haut en vie possible avant l’impact. Ça veut dire bien souvent faire abstraction des autres membres du raid qui pourraient être plus bas en vie mais hors risque immédiat. Pour cela, connaitre les joueurs qui vont soak(buff, débuff, symbole, groupe) permet de faire le tri plus rapidement.

Retombée : Est ce que le groupe qui a soak va subir d’autres dégâts très prochainement ? Si oui, il faut utiliser un CD ou du mana pour les stabiliser le plus vite possible. Si non, il faudrait dans l’idéal remonter avec des sorts lents mais économes en mana.

En discipline, nous avons les outils pour cette situation. En connaissant les soakers, on peut leur poser l’atonement (Plea, PWS, Radiance) ce qui en plus d’une légère réduction fera un burst après l’impact. Si le groupe nécessite du soin avant et après, Shadowfiend/Mindebender est le sort adapté. Ou bien Penance avant et LW après. Les solutions existent.

En sacré, si nous avons parfaitement le timing, on peut incanter Prayer of Healing pour qu’elle soigne juste après l’impact, suivi d’un sancti et d’autres PoH. On peut aussi avoir recours à Binding heal pour une remonté plus lente mais économe.

Gérer un soak en tant que soaker

Les soigneurs ne sont pas exempts du partage des dégâts. En prêtre, notre mobilité n’est pas des plus grandes. On prendra donc garde à se placer en avance dans les zones de soak potentiel. A contrario, si l’on n’a pas l’intention de soak, on l’affichera très clairement aux autres joueurs en s’éloignant. On ne veut pas ici de signaux conflictuels.

Si la technique à soak ne bump pas (Avatar P2) le soak peut être un bon moment pour incanter un long sort (Hymn/LW) ou prendre une potion de man tranquillement. Au besoin.

Conclusion

Comme toutes les mécaniques de raid, le soak concerne autant les soigneurs que les DPS (voire tank) et le prêtre peut adapter son gameplay pour gérer la technique. On peut choisir de slack comme un murloc, de suivre le groupe comme un mouton ou d’utiliser ses atouts pour rendre le combat plus facile pour tout le monde comme une biquette compétente.

 

Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *