Quelle valeur accorder au HPS ?

Outil de mesure de la performance d’un soigneur en raid, le Healing per Second existe depuis longtemps, s’est affiné avec les extensions, a ses détracteurs ou défenseurs, possède ses contradictionset, en définitive, est là pour rester. Petit tour d’un concept plus subtile qu’on pourrait le croire.

Petit frère du DPS, le HPS se veut la représentation de la valeur d’un soigneur. Si un mage fait plus de DPS qu’un autre mage, il est meilleur, c’est mathématique. Le boss va mourir plus vite, on aura du loot et on pourra faire un autre boss. Le monde moderne est une compétition permanente et WoW n’est pas exempt de cet état de fait. Course entre les guildes pour tuer les boss plus vite (et attirer de nouveaux membres ?) Course entre les joueurs à l’intérieur de la guilde pour savoir qui sera au sommet du kikimetre (et avoir plus de loot ?) Course entre les joueurs entre les guildes pour savoir qui parsera le plus haut percentile sur WCL (et avoir le plus gros E-organe-génital ?) C’est le jeu ma bonne Lucette. If you can’t stand the heat…

Partant du postulat que cet instrument de mesure est valable pour les DPS, pourquoi ne s’appliquerait il pas aux soigneurs ? Petite compétition amicale intra guilde à qui sera en haut du skada puis l’implacable évaluation de warcraftlog, comparé aux autres prêtres de par le monde. Absolu ou à ilevel identique, cerise sur le gâteau.
Le meilleur soigneur c’est celui qui soigne le plus et sa valeur est celle de son HPS.

Oui mais…

Peut être pas. Faut voir. Ça se discute. C’est plus compliqué que ça. C’est une façon de voir les choses (sous entendu, c’est faux mais je ne veux pas argumenter).

Sauf que moi j’adore argumenter. Donc en voiture Simone, je vous prépare le grand tour.

Les soigneurs souffrent de chômage technique

A quelques rares exceptions prêt, on ne s’arrête de dps que pour réagir à une mécanique. Le DPS représente bien tout le dégât que l’on a pu faire contre le boss avant qu’il ne meurt. En soin c’est différent. On remonte les barres de vie. Quand tout le monde est à fond, on se tourne les pouces, on se replace, on regen son mana, on apporte sa petite contribution au dps ou on rédige des articles pour HSG. Le volume de soin a faire est limité.

AInsi, on est confronté à la première limitation du HPS. Si la plus belle femme du monde ne peut donner que ce qu’elle a ; les meilleurs soigneurs ne peuvent remonter les barres de vie qu’à 100%
Détail amusant les premiers outils de mesure comme recount ne différenciaient pas soin et overheal. On pouvait appuyer comme un sourd sur sur ses boutons et faire exploser le kiki.
Plus un raid prend de dégâts plus il y a soigner (tant que personne ne meurt). Un raid lead aurait tendance à souhaiter que son groupe prenne le moins de dégât possible. Les soigneurs ne sont pas contre (un peu) de slacking.

Les soigneurs se disputent un même gâteau

Comme le soin a faire est limité en volume, il faut se le partager entre soigneurs. Il est rare que l’on mesure les tranches pour en attribuer une portion identique à chacun. Tant que le raid est en souffrance et perd du HP, on peut satisfaire tout le monde mais très souvent on assiste à une amicale bousculade ou le premier arrivé est le premier servi.
Un bon soigneur (ou tout du moins rapide) laissera moins de soin à ses camarades. Un raid lead aurait tendance à souhaiter une bonne équipe soin irréprochable. Les soigneurs ne sont pas contre (un peu) de fail de la part de leurs condisciples.

Les soigneurs veulent la plus appétissante part du gâteau

Comme le soin est limité en volume et dans le temps, il faut choisir correctement la part que l’on va rafler. Après un pic de dégâts, je peux PoH pour soigner de 200k chacun cinq joueurs au pied du boss ou flash heal pour soigner de 500k un chasseur isolé. Un million est beaucoup plus appétissant qu’un demi. Et puis quelqu’un va bien s’occuper du hunt. Et puis il n’avait qu’à être plus près du groupe. Un raid lead aurait tendance à vouloir qu’on sauve ses joueurs les plus bas en vie. Les soigneurs ne sont pas contre (un peu) de négligence sélective.

Les soigneurs n’ont pas le temps de niaiser

De même que les Dps refusent parfois de bouger pour soak une aoe, switch sur un add ou kick un spell ; ce qui serait détrimental à leur DPS. Les soigneurs vont parfois avoir des bottines de plomb. Ou laisser la mécanique à un autre. « Quoi ? les stacks de chaos pulse sur AntorusHighCommand font 15% de dégâts en plus ? C’est pas grand chose. Je vais pas gâcher un GCD et du mana pour ça. Et puis ça fera des soins en plus« . Cet exemple est un peu extrême mais parfaitement réel et fréquent.
Un raid lead aurait tendance à vouloir que tout le monde applique la strat. Les soigneurs ne sont pas contre (un peu) de caprice de diva.

Bouh, vilaines biquettes, c’est honteux ! Je ne ferais jamais ça moi

Ce qui compte c’est la survie du raid. Le bien du raid passe avant le bien individuel. C’est un travail de groupe et chacun apporte sa pierre. Des rouages dans une machine et chacun est important.
Me direz vous.

Oh non, moi non plus jamais. Ou alors rien qu’un peu. Pas souvent en tous cas. Juste cette fois là quand le paladin s’est foutu de ma gueule parce qu’il était premier au HPS. Et puis la fois où je voulais absolument le trinket qui tombe sur ce boss et je voulais convaincre le loot councile. Et quand j’avais passé une sale journée au boulot et que je voulais me remonter un peu le moral en faisant un 90+ sur WarcraftLog.
Vous répondrais je.

Et puis ce n’est pas vraiment du sabotage, le but est de produire le plus haut HPS. C’est positif le HPS non ?
Et puis c’est surtout pour le farm, pour le progress c’est sérieux et carré.
Et puis même quand ça arrive sur le progress c’est surtout pour montrer qu’on est utile et qu’on ne doit pas être bench. Alors que le dernier au HPS, il a du souci à se faire.
Et puis ça pose son joueur d’être premier au HPS. On le respecte. On l’écoute quand il propose quelque chose.

Foin d’hypocrisie. La vérité c’est que tout le monde tombe dans ces travers plus ou moins inconsciemment. C’est humain. En théorie des jeux, on parlerait d’incitation. Je ne vais pas rentrer dans les détails mais pour résumer Blizzard nous dit « vous devez faire ça pour tomber le boss » et c’est le minimum requis. Mais par derrière notre ego de primate social nous dit « si tu fais ça comme ça, le boss tombe quand même et en bonus tu auras la gloire, les plus beaux fruits et les guenons avec les fesses les plus rouges ».

Au final est ce si grave ?

Grave probablement pas. Triste tout au plus. Ces comportements ne sont que des petites incivilités qui ne mettent pas en danger la vie du raid dans son ensemble. Le gars avec ses quinze stacks va peut être mourir comme le gars qui était un peu à l’écart. Les soigneurs vont un peu se sniper les uns les autres et cramer du mana plus qu’ils ne le devraient. Le raid va peut être prendre plus cher que prévu. Mais le problème se résout avec le remède dont il est l’effet secondaire : plus de HPS.

Mesurer la contribution hors HPS

1 kick = 0.5 bitcoin ?

Depuis l’avènement de World of Logs puis de WarcraftlLogs, les joueurs ont essayé de mesurer les comportements positifs en dehors du DPS/HPS. Sans beaucoup de succès. Quelle valeur donner à un dispel ? Comment quantifier un kick ou un soak ? C’est impossible. L’idée importante est que primo quelqu’un doit le faire si le raid veut progresser. Secondo, quiconque explorera les logs se rendra compte de la contribution indivudelle non chiffrée.

Les logs ont réponse à tout ; à condition qu’on leur pose la question. Le regard s’arrête généralement sur la première page résumant DPS et HPS.

A noter que Blizzard a essayé d’encourager les joueurs à utiliser leur GCD pour kick/dispel avec l’anneau Sephuz qui récompense avec de la hâte. L’incitation s’est un peu révélée néfaste quand le kick ou dispel ne devait pas avoir lieu tout le temps ou instantanément.

HPS utile

On doit beaucoup aux shamans en matière de théorie du soin qui sont à l’origine de deux concepts. Le premier appelé soin utile indique que tous les soins ne sont pas égaux. Remonter quelqu’un de 80 à 100% vaudrait moins que remonter de 5 à 25% ; la seconde personne étant plus en danger.
Instinctivement, cette notion est acceptable. Un soigneur doit avant tout sauver des vies. Le problème vient du modèle de prise de dégâts. Quiconque a soigné en donjon mythique plus sait qu’un joueur full life peut être en plus grand danger qu’un autre à 25% dans un coin tranquille. Par ailleurs l’arsenal des soigneurs se charge à chaque extension de plus d’outils intelligents ou semi intelligents ciblant automatiquement les joueurs les plus blessés. Dernièrement, dans un modèle où il n’y a que deux soigneurs, un qui remonte de 1->50 et l’autre de 50->100 qui peut dire que le soin de 50->100 n’est pas aussi indispensable ? Si le joueur n’était pas remonté bien au dessus de 50, il serait tombé à 0 à la prochaine tarte.

Comme vous le voyez, le concept est intéressant mais difficilement quantifiable. Il réveille cependant chez le soigneur sinon l’envie de revenir aux attribs heals, du moins l’incitation à surveiller les joueurs bas en vie et à claquer un spot heal. On a trop tendance à considérer le raid frame comme un tout plutôt que chauqe case dans son individualité.

HPS invisible

Autre invention shamanesque qui fut reprise par les prêtres discipline. L’idée est que sous SLT (et par extension, sous la barrière et avec atonement qui procure lenience) les joueurs ne prennent que 90% des dégâts. Et que par conséquent, 10% de ces dégâts devraient être attribués comme soins au lanceur du totem.
La logique est imparable. Si le totem n’était pas là, le raid aurait souffert 10% de dégâts en plus. Il aurait fallu faire 10% de soin en plus pour remonter le raid. Le raid est remonté, attribuons ces 10% au totem.
Si vous n’êtes pas convaincus, sachez que les petits gars de chez warcraftlog/skada/details non plus puisqu’ils n’ont pas intégré cette notion dans leurs parses.
Ça n’empêche pas le terme de resurgir parfois au hasard du conversation sur le discord discipline.

Pas de meilleur outil alors on garde un mauvais outil ?

En gros oui. La mesure du HPS est juste et objective. Elle ne représente pas intégralement la valeur du soigneur mais une bonne part. La part restante n’est pas quantifiable. Elle est qualifiable mais ça demande de se pencher sur la question et d’aller chercher la réponse (dans les logs ou dans ce qui se passe en jeu en dehors du HPS).
Il faut s’attendre à ce qu’une forte partie des joueurs ne passeront pas la première page des logs. Mais la première info sur cette page c’est que le boss est mort. Et c’est ce qui compte. Le HPS n’a que la valeur que nous voulons bien lui donner dans la réalisation de cet objectif.

Conclusion

Tout ça pour ça ? Yep. Je me demande si ça serait mieux passé en vidéo. Au départ c’était juste un préambule à l’article sur les stats secondaires pour prêtre. Et la note finale est un peu déprimante. C’est la période qui veut ça. Jamais pu supporter les fêtes de fin d’année.
Peut être que je devrais terminer par un dicton genre « croire en soi », « ne pas se laisser intimider par les paloufs » ou bien « nous sommes plus que des primates sociaux ».
Personnellement, je préfère les fesses d’albâtre avec des tâches de rousseur.

Follow me

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *